S'inscrire identifiants oubliés ?

L'horloge nucléaire

Ce qui caractérise la performance d’une horloge, c'est la faiblesse de sa dérive au cours du temps : de combien diffère chaque jour l'heure qu'elle indique par rapport à sa référence ; autrement dit au bout de quelle durée se décale-t-elle d’une seconde ?

Le génome de la rose décrypté

By LaitcheLink to My Website. - Own work, Public Domain, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=4023663

Notre amie la rose

De toutes les plantes ornementales, les roses sont parmi les plus cultivées au monde, que ce soit pour l'agrément que les rosiers confèrent aux ...

La biolixiviation

Les impacts environnementaux et sociaux des industries minières et le besoin accru de certains métaux comme les terres rares pour les appareils électroniques modernes rendent urgente l'élaboration de solutions nouvelles pour traiter les minerais ...

Rouge-gorge et physique quantique

L'origine de l'exceptionnel sens de l'orientation de certain animaux, notamment les oiseaux migrateurs, fait de longue date l'objet de recherches scientifiques. La sensibilité au champ magnétique dont ils seraient dotés semble jouer un rôle crucial. Une piste d'explication trouvée récemment de ...

Bluetooth a vingt ans

Un protocole pour supprimer les câbles

À la fin des années 1990, avec l'irruption de la téléphonie mobile dans la vie quotidienne, les constructeurs cherchent une solution pour supprimer des câbles de raccordement entre le téléphone portable et les oreillettes. ...

La photosynthèse artificielle

CC by U.S. Department of Energy / United Joint Center for Artificial Photosynthesis

Une quête bioinspirée

La photosynthèse est le mécanisme grâce auquel les plantes produisent des matières organiques telles les glucides, en utilisant l'énergie ...

Asthme : pistes thérapeutiques

CC BY-SA 4.0 BruceBlaus

Une maladie incurable

En France, l'asthme touche plus de quatre millions de personnes et cause environ 1000 décès chaque année. Généralement de nature allergique (70% des formes d'asthme), l'asthme provoque des difficultés ...

Des métamatériaux aux propriétés étonnantes

(C) Tobias Frenzel

Les métamatériaux constituent un champ de recherche actif, en particulier dans les domaines de l'électromagnétisme et de la mécanique. L'objectif est de conférer à des matériaux des propriétés particulières, en particulier en ce qui concerne leur interaction avec des ondes électromagnétiques ou mécaniques (absorption, réflexion, etc.). La méthode utilisée consiste à concevoir et réaliser des matériaux ayant des structures qui leur confèrent ces propriétés, notamment l'invisibilité ! Ces structures sont généralement constitués par la répétition périodique de motifs de dimension inférieure à la longueur d’onde caractéristique du phénomène à contrôler (de la dizaine de nanomètres à plusieurs mètres selon le domaine considéré).

Un enseignant-chercheur de l'Université Bourgogne Franche-Comté au sein du l’institut FEMTO-ST, Muamer Kadic en collaboration avec des partenaires du Karlsruhe Institute of Technology (KIT) ont ainsi obtenu un métamatériau doté d'une propriété mécanique étonnante. Cet assemblage synthétique réagit à une pression qui lui est imposée par un mouvement de torsion. Une réponse impossible dans un matériau continu naturel. La recette appliquée par Muamer Kadic et ses collègues : des motifs chiraux, c'est-à-dire non superposables à leur image dans un miroir, comme l'est la main (chiros, en grec), et une fabrication par impression laser 3D de précision micrométrique.

S’ajoutent à cette nouvelle propriété mécanique d’autres fonctionnalités propres à ce métamatériau telles que l’allégement structurel et l’accroissement de rigidité. Protéger des objets d’ondes mécaniques indésirables pourrait en être une application potentielle. 
Publié le 16 mars 2018

Source 
http://www.femto-st.fr/fr/L-institut/Actualite/?eid=395&y=2018

» lire tous les articles 1 2 3 4 5 6 7 8
sciences en ligne
exploratheque
du premier stage au premier emploi


Les routes intelligentes du futur
Produire de l'énergie, véhiculer de l'information, la route du futur pourrait rendre de nombreux services à ses usagers.

Vers la route de 5e génération

En France, plus d'un tiers des émissions de dioxyde de carbone (CO2) est dû au secteur des transports ; lutter contre cet état de fait apparaît comme un enjeu crucial. Si les véhicules et les usages évoluent en matière de mobilité, les infrastructures aussi. Après les chemins muletiers, les voies romaines, les chaussées revêtues et l'autoroute, place aux routes de 5e génération, qui devront répondre à trois grands enjeux :

  • la transition écologique, qui implique d'économiser les ressources naturelles en recyclant les matériaux granulaires déjà utilisés (tels que les pneus usagés et les mâchefers), et de limiter les transports inutiles en utilisant au maximum les ressources locales ;
  • la transition énergétique, qui exige de réduire l'empreinte carbone des routes, par exemples en les rendant productrices d'énergie ;
  • la transition numérique ; c'est-à-dire l'utilisation croissante des technologies de l'information et de la communication (pour gérer plus efficacement le trafic par exemple ou s'adapter à des véhicules de plus en plus connectés).

Nicolas Hautière, Ingénieur des Ponts, des Eaux et des Forêts à l'IFFSTAR (Institut français des sciences et technologies des transports, de l'aménagement et des réseaux) précise : « Pour avancer sur la route de 5e génétion (R5G), le défi est de parvenir à construire la chaîne de d'innovation entre le laboratoire et la route ouverte. Cela signifie par exemple développer les méthodes d'essai pour caractériser certains matériaux, construire des pilotes de plus en plus réalistes sur site protégé puis identifier un gestionnaire prêt à expérimenter sur route ouverte, de façon à optimiser le système et réduire son coût global (TCO). Concernant la sécurité de la R5G, la question est très vaste et plusieurs approches sont possibles. »

La route hybride

Parmi les pistes envisagées pour réduire l'empreinte environnementale du transport routier, divers acteurs proposent de transformer les chaussées en source d'énergie propre et renouvelable. L'une des solutions à l'étude combine l'utilisation de panneaux photovoltaïques constituant la partie superficielle de la chaussée, et de chauffe-eau solaires. En effet, l'asphalte utilisée pour les routes étant noire, elle emmagasine une importante quantité de chaleur, ce qui explique que la température à la surface des routes puisse parfois dépasser les 60°C en été. Grâce à des capteurs photovoltaïques, les chaussées produiraient alors de l'électricité, et des circuits d'eau garantiraient le refroidissement des panneaux pour en améliorer le rendement.

Mais, seul un bilan carbone permettra de confirmer le réel intérêt écologique du système, ce qui implique de prendre en compte le coût énergétique de la fabrication des différentes pièces qui le constituent, de leur transport, de leur recyclage, etc. Marc Tassone, directeur délégué de l'IFSTTAR, rappelle que « pour le moment, nous sommes dans la recherche. On commence donc par des maquettes, puis on fera une planche d’essai de cent mètres ; si ça marche et qu’on arrive à une preuve de concept, alors le système pourrait être certifié et proposé aux entreprises et aux maîtres d’ouvrage qui pourraient construire les routes ou les entretenir avec ce type de structure. » Du point de vue de la sécurité, il s'agit en particulier de maintenir les niveaux d'adhérence constants.

La route hybride s'annonce comme l'une des briques technologiques s'intégrant dans l'horizon des automobiles connectées.

En savoir plus

Yannis Benzaïd
Twitter Facebook Google Plus Linkedin email
Entrées associées