S'inscrire identifiants oubliés ?

Lithium et troubles bipolaires

Une action à élucider

Les troubles bipolaires se traduisent par une vie rythmée d'épisodes de dépression entrecoupés de phases maniaques, c'est-à-dire d'états de grande excitation pathologique. Sur le long terme, on observe une perte de la matière ...

Un gel reconstructeur

© Wiki Commons

 

Un espoir pour réparer les tissus

Une équipe de chercheurs de l’Université Johns Hopkins School of Medecine à Baltimore (États-Unis) a développé un gel qui mime la micro-architecture et les propriétés ...

Mars a tremblé

© Wiki Commons 

 

6 avril 2019. Le détecteur sismique SEIS (Seismic Experiment for Interior Structure) de la sonde spatiale martienne InSight relève un signal sismique (sol 128, c'est-à-dire après 128 jours passés sur le sol martien) faible mais distinct. D’autres signaux ...

Une nouvelle espèce d’hominidé découverte aux

© Wiki Commons 

Découverts sur l’île de Luzon, dans la grotte de Callao aux Philippines, des fossiles vieux de plus de 50 000 ans ont entraîné une véritable effervescence. Menées par l'University of the Philippines, l'Australian National University et le Muséum National ...

Une nouvelle définition du kilogramme

© Wiki Commons 

 

La 26éme conférence générale des poids et mesures a conduit à redéfinir certaines unités. Depuis 1899, l’étalon du kilogramme, baptisé le « grand K », était conservé au Bureau international ...

Première image d'un trou noir

© Event Horizon Telescope Collaboration

Les moyens d'observation

C’est grâce à la collaboration de plus de 200 scientifiques, que la première image d’un trou noir a pu être publiée. Le « cliché » du trou noir de la galaxie ...

Transport de l’énergie électrique

La quasi-totalité de l’énergie électrique dans le monde est produite puis transportée vers les villes et les centres industriels sous forme de courant

Atmosphère de la Terre primitive

Auteur C Eeckhout.

L’atmosphère primitive et son évolution

Au Précambrien, l'atmosphère primitive de notre planète était dépourvue d’oxygène et riche en dioxyde de carbone (CO2) et en méthane, ainsi qu’en gaz soufrés provenant d’une intense activité volcanique. Elle renfermait également de l’ammoniaque à des concentrations probablement extrêmement faibles, ainsi que de très petites quantités d’hydrogène car, très légère, cette molécule s’échappe facilement vers l’espace.

Présent en abondance dans l’atmosphère, le méthane et le CO2 généraient un effet de serre suffisant pour réchauffer la planète, alors illuminée par un Soleil moins intense qu’aujourd’hui. Mais a contrario, les concentrations atmosphériques étaient telles que ce gaz était susceptible de réagir sous l’action des ultraviolets pour former des nuages d’aérosols de molécules organiques. Ces derniers auraient pu partiellement obscurcir la planète, agissant ainsi contre l’effet de serre. « C’est pourquoi, comme le souligne Kevin Lepot du Laboratoire d'Océanologie et de Géosciences de l’Université de Lille, il est intéressant de comprendre quels mécanismes produisaient et/ou détruisaient le méthane sur la Terre primitive. En particulier, certains microorganismes sont capables de produire du méthane (méthanogénèse), mais aussi de l’oxyder (méthanotrophie) ». Ainsi, les stromatolites sont des formations rocheuses calcaires sédimentaires qui  résultent du développement de tapis bactériens. S’ils  sont aujourd’hui constitués essentiellement de cyanobactéries, d’autres microorganismes sont essentiels dans leur formation et ils auraient pu avoir un rôle dominant dans le passé lointain.

L'étude

Une étude conduite par une collaboration internationale de chercheurs a révélé les plus grands enrichissements en carbone 12 de stromatolites fossiles datant du Précambrien. Ces enrichissements en 12C, couplés à la présence de soufre organique, laissent penser aux chercheurs que ce serait le résultat d'une méthanotrophie anaérobie, c'est-à-dire de l'oxydation du méthane sans oxygène. L’étude démontre ainsi que la méthanotrophie anaérobie était un métabolisme actif il y a 2,7 milliards d'années. Elle aide à mieux comprendre le fonctionnement des communautés microbiennes associées aux stromatolites anciens, avant l’oxygénation de l’atmosphère terrestre, mais aussi à mieux appréhender le cycle du carbone à une époque où le méthane était un acteur majeur de l’atmosphère.

Pour en savoir plus

Source : Actualités du CNRS-INSU" http://www.insu.cnrs.fr/node/9710
Sur le Précambrien : http://www2.ggl.ulaval.ca/personnel/bourque/s4/precambrien.html
Sur le cycle du méthane :http://planet-terre.ens-lyon.fr/article/methanogenese.xml

» lire tous les articles 1 2 3 4 5 6 7 8
sciences en ligne
exploratheque
du premier stage au premier emploi


Thomas Pesquet redescend sur Terre
Après une mission scientifique de deux cents jours à bord de la station spatiale internationale, la capsule Soyouz ramenant Thomas Pesquet et Oleg Novitski a atterri sur Terre.

La fin d'une mission de deux cents jours

Ce vendredi 2 juin 2017, le spationaute français Thomas Pesquet et le cosmonaute russe Oleg Novitski ont quitté l'ISS (International Space Station), qui gravite à 400 km de la Terre. Après un séjour de près de 200 jours dans l'espace, soit six mois et demi, dans à peine 400 m3 habitables, il leur a fallu trois heures et une vingtaine de minutes pour atterrir, vers 16 h 10 selon l'heure de Paris, dans les steppes du Kazakhstan.

Lors de cette mission, Thomas Pesquet a réalisé deux sorties dans l'espace, qui se sont parfaitement bien déroulées. Il a également participé à 78 expériences scientifiques prévues dans son programme, dont sept sous l’égide du CNES (Centre national des études spatiales). Le tout en partageant son aventure sur les réseaux sociaux.

Les étapes d'une redescente

Les deux hommes ont quitté l'ISS à bord du vaisseau russe Soyouz, qui s'est désarrimé de la station spatiale un peu avant 13 heures. Deux heures et demie plus tard, situé à une distance sans danger de la station, les moteurs principaux de la capsule Soyouz sont activés pendant un peu moins de cinq minutes pour la manœuvre de désorbitation. En amorçant sa descente, il se scinde en trois parties. Le module orbital et le module de service s'éloignent et brûlent dans l'atmosphère, tandis que le module de descente se réoriente pour mettre en avant son bouclier thermique. En traversant l'atmosphère, les frottements lui font affronter des températures allant jusqu'à 1600 °C, ce qui coupe momentanément les communications radio.

Lors de la rentrée atmosphérique, du fait de la décélération, les voyageurs de l'espace retrouvent brutalement la gravité terrestre, en ressentant jusqu'à quatre fois leur poids. À une dizaine de kilomètres d'altitude, les parachutes se déploient, freinant encore Soyouz, suivis de la grande voile de mille mètres carrés. À quelques mètres de la surface, enfin, les rétrofusées finissent de ralentir le module. Dès que celui-ci touche le sol, les équipes de récupération et de secours se dirigent vers le point d'atterrissage. Les deux hommes sont extraits de la capsule, avant de suivre une batterie d’examens médicaux à visée scientifique, qui permettront à une équipe médicale de l'Agence spatiale européenne de surveiller leur réadaptation à la gravité.

En savoir plus

Mission Proxima, un vol pour l'avenir, sur Sciences en ligne

Thomas Pesquet en contact radio avec des élèves, sur Explorathèque

Le live du vendredi 2 juin 2017, sur franceinfo

Le site Proxima, du CNES

Arthur Jeannot
Twitter Facebook Google Plus Linkedin email