S'inscrire identifiants oubliés ?

Technologies de l'aérospatial

Des satellites plus petits et plus nombreux

L'arrivée de nouveaux entrants dans l'industrie spatiale et la perspective de nombreuses mises en orbite liées aux constellations de satellites stimule l'innovation et la recherche d'une ...

Ice memory, conserver la mémoire des glaciers

La science des glaces et le climat

Les glaciers représentent les seuls enregistrements naturels directs des variations des propriétés de l'atmosphère au cours du temps. La présence d'impuretés issues ...

Polluants de l'air, une menace pour la santé

Les polluants chimiques, un enjeu de santé publique majeur

En plus d'avoir des effets sur l'environnement, notamment par l’intermédiaire des pluies acides, la pollution de l’air constitue un danger pour la santé humaine. ...

VKS, l'effet dynamo reproduit en laboratoire

La dynamique du champ magnétique

Le courant électrique que nous utilisons est en grande partie généré par effet dynamo ou en tout cas par des phénomènes similaires. Dans l'Univers, l'effet dynamo joue aussi un rôle ...

La cybermalveillance dans tous ses états

Les logiciels malveillants

Les logiciels malveillants, appelés malwares, sont des programmes développés dans le but de nuire à un système informatique, parfois à l'insu des utilisateurs grâce à des outils de dissimulation d’activité. Ils peuvent ...

Thomas Pesquet redescend sur Terre

La fin d'une mission de deux cents jours

Ce vendredi 2 juin 2017, le spationaute français Thomas Pesquet et le cosmonaute russe Oleg Novitski ont quitté l'ISS (International Space Station), qui gravite à 400 km de la Terre. Après un séjour de près de 200 jours dans l'espace, soit ...

Des imprimantes pour réparer le genou

Le ménisque, un cartilage précieux

Le genou humain est un mécanisme complexe, dont la blessure se montre handicapante, ainsi que difficile et coûteuse à réparer. Chacun de nos genoux possède deux ménisques, des petits cartilages situés ...

Iseult, plongée dans le cerveau humain

19 mai 2017

Une prouesse technologique

Pour ses 10 ans le centre NeuroSpin du CEA de Saclay se dote de l'IRM (instrument d'imagerie par résonance magnétique) le plus puissant au monde. Avec son aimant supraconducteur de taille inédite, il produira un champ magnétique de 11,7 teslas, près de huit fois plus intenses que ceux des IRM cliniques, dépassant le record de 10,5 T actuellement détenu par des Américains.

En améliorant la résolution des données d’imagerie médicale tomographique, l’aimant d’Iseult permettra de zoomer dans le cerveau avec une fluidité sans précédent. Outre son haut champ magnétique, le dispositif de blindage et le système cryogénique associés au scanner font de ce projet une véritable prouesse technologique. L'aimant sera installé et mis en service à NeuroSpin au courant de l'année 2017, suivie par une phase de tests. Son exploitation est prévue pour 2019.

Des enjeux médicaux, scientifiques, technologiques

L'IRM du projet Iseult ouvre la voie à l’exploration cérébrale à de très hautes résolutions spatiale et temporelle. En se fondant sur un assemblage de réseaux, non plus de millions de neurones mais de seulement quelques centaines ou milliers de neurones, le scanner permettra l’investigation de l’organisation fine du cerveau, tant sur le plan de l’architecture que sur le plan fonctionnel. Comment fonctionne le cerveau humain ? Quels sont ses éventuels dysfonctionnements ? Comment ses axes de câblage s'organisent-ils ?

Jusqu'à présent, les IRM permettent d'étudier l'architecture du cerveau en repérant les molécules d'eau. En offrant la possibilité d’observer d’autres molécules, comme les neurotransmetteurs ou le sucre, Iseult pourrait mener à découvrir de nouveaux marqueurs de maladies. À la clé, de meilleures connaissances fondamentales sur les troubles neurologiques et la santé mentale, donc à terme le développement de nouveaux outils thérapeutiques.

En savoir plus

NeuroSpin, centre névralgique, dossier page 14, Les défis du CEA

Le scanner IRM du projet Iseult, supplément dédié au scanner, Les défis du CEA

Le site du CEA, Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives

» lire tous les articles 1 2 3 4 5 6 7 8
sciences en ligne
exploratheque
du premier stage au premier emploi


Thomas Pesquet redescend sur Terre
Après une mission scientifique de deux cents jours à bord de la station spatiale internationale, la capsule Soyouz ramenant Thomas Pesquet et Oleg Novitski a atterri sur Terre.

La fin d'une mission de deux cents jours

Ce vendredi 2 juin 2017, le spationaute français Thomas Pesquet et le cosmonaute russe Oleg Novitski ont quitté l'ISS (International Space Station), qui gravite à 400 km de la Terre. Après un séjour de près de 200 jours dans l'espace, soit six mois et demi, dans à peine 400 m3 habitables, il leur a fallu trois heures et une vingtaine de minutes pour atterrir, vers 16 h 10 selon l'heure de Paris, dans les steppes du Kazakhstan.

Lors de cette mission, Thomas Pesquet a réalisé deux sorties dans l'espace, qui se sont parfaitement bien déroulées. Il a également participé à 78 expériences scientifiques prévues dans son programme, dont sept sous l’égide du CNES (Centre national des études spatiales). Le tout en partageant son aventure sur les réseaux sociaux.

Les étapes d'une redescente

Les deux hommes ont quitté l'ISS à bord du vaisseau russe Soyouz, qui s'est désarrimé de la station spatiale un peu avant 13 heures. Deux heures et demie plus tard, situé à une distance sans danger de la station, les moteurs principaux de la capsule Soyouz sont activés pendant un peu moins de cinq minutes pour la manœuvre de désorbitation. En amorçant sa descente, il se scinde en trois parties. Le module orbital et le module de service s'éloignent et brûlent dans l'atmosphère, tandis que le module de descente se réoriente pour mettre en avant son bouclier thermique. En traversant l'atmosphère, les frottements lui font affronter des températures allant jusqu'à 1600 °C, ce qui coupe momentanément les communications radio.

Lors de la rentrée atmosphérique, du fait de la décélération, les voyageurs de l'espace retrouvent brutalement la gravité terrestre, en ressentant jusqu'à quatre fois leur poids. À une dizaine de kilomètres d'altitude, les parachutes se déploient, freinant encore Soyouz, suivis de la grande voile de mille mètres carrés. À quelques mètres de la surface, enfin, les rétrofusées finissent de ralentir le module. Dès que celui-ci touche le sol, les équipes de récupération et de secours se dirigent vers le point d'atterrissage. Les deux hommes sont extraits de la capsule, avant de suivre une batterie d’examens médicaux à visée scientifique, qui permettront à une équipe médicale de l'Agence spatiale européenne de surveiller leur réadaptation à la gravité.

En savoir plus

Mission Proxima, un vol pour l'avenir, sur Sciences en ligne

Thomas Pesquet en contact radio avec des élèves, sur Explorathèque

Le live du vendredi 2 juin 2017, sur franceinfo

Le site Proxima, du CNES

Arthur Jeannot
Twitter Facebook Google Plus Linkedin email