S'inscrire identifiants oubliés ?

Iseult, plongée dans le cerveau humain

19 mai 2017

Une prouesse technologique

Pour ses 10 ans le centre NeuroSpin du CEA de Saclay se dote de l'IRM (instrument d'imagerie par résonance magnétique) le plus puissant au monde. Avec son aimant supraconducteur de taille ...

Les points forts de l'agroforesterie

L'agroforesterie et la transition agroécologique

Le système d'agriculture actuel doit se transformer afin de répondre aux défis de la production agroalimentaire, ...

Le plongeon final de Cassini

Une mission riche en enseignements

Afin de mieux connaître Saturne et ses satellites, la sonde spatiale Cassini a quitté la Terre en octobre 1997. Parvenue à destination en 2004, elle s'est mise en orbite autour de la

Vers des réseaux de synapses artificiels

La mémoire et la synapse

Dans le cerveau, les informations sont transmises par des signaux électriques véhiculés par les neurones. Ces cellules sont connectées ...

Les protéines du tardigrade

Publié le 27 avril 2017

Que sont les protéines intrinsèquement désordonnées (PID) ?

François-Xavier Theillet, chercheur à l'I2BC (Institut de biologie intégrative de la cellule, rattaché au CEA, au CNRS et à l'université Paris Sud) étudie ...

La fibre pour le très haut débit

(source image : www.elbpresse.de)
26/04/17

Le très haut débit et la fibre

L'ARCEP (Autorité de Régulation des Communications Électroniques et des Postes) définit le très haut débit par des débits d'information supérieurs ...

Lutter contre le paludisme

Une maladie endémique

Le paludisme, ou malaria, est une infection des globules rouges causée par le protozoaire Plasmodium falciparum, qui a pour origine le gorille. Ses symptômes se rapprochent de ceux de la grippe : fièvre, troubles ...

Une piste de recherche pour guérir du SIDA

Des virus dormants

Le SIDA (Syndrome d’ImmunoDéficience Acquise) est le dernier stade de l’infection par le VIH (Virus de l’Immunodéficience Humaine). Ce rétrovirus s’attaque aux cellules du système immunitaire, les lymphocytes T CD4. Après les avoir infectées, il les détruit ou les rend inefficaces, ce qui entraîne un affaiblissement du système immunitaire et une vulnérabilité face aux infections opportunistes.

Les antirétroviraux, d'abord l'AZT seul puis le développement de trithérapies et d'autres pistes, permettent de ralentir l'évolution du syndrome et donc de contrôler l'infection. Cependant, certaines particules virales infectent les cellules de l'organisme sans les détruire, en restant dormantes. Le virus persiste donc dans des réservoirs au sein du système immunitaire, protégé des traitements car ne se répliquant plus et surtout prêt à se disséminer si le terrain redevient favorable. Ce qui contraint les patients à suivre des traitements toute leur vie.

En parallèle des thérapies actuelles, ainsi que des campagnes d'information et des recherches sur un éventuel vaccin visant à prévenir la propagation de l'épidémie, la guérison complète du VIH passe nécessairement par l'élimination de ces réservoirs. Pour envisager cela, une première étape est alors de distinguer dans le système immunitaire les cellules infectées des cellules saines actives, qui se ressemblent fortement. Pour ce faire, une équipe de l'Institut de génétique humaine est partie de l’hypothèse que le VIH pourrait laisser une empreinte à la surface de sa cellule hôte.

Identifier des marqueurs pour cibler les réservoirs de virus

Grâce à un modèle d’infection développé dans leur laboratoire, les chercheur·euse·s ont identifié la protéine CD32a, présente uniquement à la surface des cellules infectées. Codée par un gène parmi la centaine qui sont exprimés de manière spécifique par les cellules infectées, la protéine remplit in vitro les critères d’un marqueur de cellules réservoirs. Pour Monsef Benkirane, directeur de l'Institut : « L'expression de ce marqueur a une signification biologique. Il faut qu'on comprenne ce que la cellule est en train de nous dire lorsqu'elle est stressée par le virus. »

Le résultat a été confirmé par les expérimentations sur des échantillons cliniques. En étudiant des prélèvements de sang de douze patients séropositifs traités, les chercheur·euse·s ont constaté que les cellules exprimant le marqueur étaient presque toutes porteuses du virus. De plus, ces cellules ont pu être réactivées in vitro et se sont révélées capables de réinfecter des cellules saines, illustrant l'impossibilité pour un patient aujourd'hui d'arrêter son traitement.

« Cette découverte est un début, et pas une fin. L'utiliser pour comprendre comment le réservoir s'est établi, comment il s'est maintenu, quelles sont ses propriétés, ouvre de grandes perspectives de compréhension. Vu le nombre d'équipes dans le monde qui se sont attelées à ces recherches, on va très vite accumuler suffisamment de données pour proposer des stratégies thérapeutiques efficaces pour le traitement du VIH ciblant le réservoir. »

Un brevet, en propriété CNRS, a été déposé sur l'utilisation diagnostique et thérapeutique du marqueur ainsi identifié. Cette étude ouvre la voie à de nouvelles stratégies visant l'élimination totale du virus latent. Ces travaux, publiés dans la revue Nature, s’inscrivent dans le cadre du programme stratégique Réservoirs du VIH de l’ANRS (Agence nationale de recherches sur le sida et les hépatites virales).

En savoir plus

Découverte d’un marqueur du réservoir du VIH : une nouvelle piste pour éliminer le virus, communiqué de presse du CNRS et communiqué de presse de l'INSERM

VIH et Sida, dossier de l'INSERM

VIH et Sida, dossier de l'OMS

L'épidémie de SIDA : vers une résurgence ? sur Sciences en ligne

Lutte contre le SIDA : de nouveaux espoirs ? Sur Sciences en ligne

La plate-forme de prévention du SIDA

» lire tous les articles 1 2 3 4 5 6 7 8
sciences en ligne
exploratheque
du premier stage au premier emploi


Un accélérateur de particules sous le Louvre
Parmi tous les visiteurs qui arpentent chaque jour les galeries du Louvre, très peu savent que, sous leurs pieds, se cache un accélérateur de particules pas ordinaire. Son objectif : améliorer la connaissance des œuvres confiées au centre qui l'abrite.

Un accélérateur de particules au service des recherches du Louvre

Quand on se demande quels peuvent être les apports des sciences à l'archéologie, chacun a tendance à penser aussitôt à la datation au carbone 14. Mais l'âge n'est pas la seule information que l'on peut déterminer scientifiquement. Grâce à AGLAÉ (pour Accélérateur Grand Louvre d'Analyse Élementaire), un accélérateur de particules situé sous le Louvre, il est possible d'accéder à la composition chimique des oeuvres d'art. Et cela sans les détériorer, même sans les toucher, et avec une excellente précision. À l'origine de ces résultats : les progrès les plus récents en matière de chimie et de physique nucléaire, ainsi que de nombreuses innovations spécifiques au contexte d'utilisation si particulier d' AGLAÉ .

Un principe général commun à différentes applications

Cet accélérateur de particules met en oeuvre différentes méthodes. Leur principe est commun : envoyer un faisceau de particules, plus ou moins énergisé, sur l'objet dont on veut connaître la composition. Ces particules vont interagir avec la matière selon différentes modalités : elles peuvent être déviées ou absorbées. Dans ce dernier cas, on observe l'émission de rayonnements et/ou de nouvelles particules. Ce sont ces derniers que des capteurs vont détecter puis analyser. Les experts pourront comparer les relevés ainsi obtenus avec ceux provenant de l'étude de matériaux connus et déterminer ainsi la composition chimique de l'objet.

La question est maintenant de savoir quelles particules doivent être utilisées pour bombarder l'objet. Selon la nature des matériaux et le niveau de précision attendu, on ne choisira, en effet, pas le même faisceau incident. Pour une étude générale, si on veut connaître les éléments présents soit en majorité, soit à l'état de traces, on utilisera la méthode PIXE (Particle Induced X-Ray Emission), qui permet de doser les éléments présents, du sodium à l'uranium. Pour cette analyse, on envoie sur l'objet un faisceau d'ions ou de protons peu énergétiques qui vont arracher aux atomes traversés un électron proche du noyau. L'atome ainsi touché se trouve alors dans un état instable et excité : le "trou" créé est comblé par un électron venant d'une orbite plus extérieure. En même temps, pour libérer son excès d'énergie, l'atome émet un rayon X. C'est la détermination de l'énergie de ce rayon qui permet de déterminer l'élément chimique. En effectuant cette mesure sur une zone complète de l'objet, on peut retrouver la composition chimique des matériaux utilisés.

D'autres méthodes permettent des analyses soit en profondeur, soit plus précises. La méthode RBS , pour Rutherford Backscattering Spectrometry, permet par exemple de tracer des cartes de composition chimique en profondeur, et la méthode NRA (Nuclear Reaction Analysis) complète les résultats de la technique PIXE : elle donne les mesures des concentrations en éléments les plus légers, de l'hydrogène au sodium.

Des innovations pour s'adapter aux oeuvres à analyser

Initialement, AGLAÉ possédait deux lignes de faisceaux : la première était dotée d'une chambre à vide traditionnelle. La deuxième a été conçue "sur mesure" par l'équipe de physiciens et d'ingénieurs travaillant sur place, pour pouvoir traiter même les objets trop fragiles ou volumineux pour être placés dans la chambre à vide. Il leur a donc fallu imaginer un procédé permettant de réaliser les analyses sans que les résultats ne soient parasités par l'atmosphère. Pour cela, ils ont disposé une fine épaisseur de matière en sortie de l'accélérateur. Elle permet de maintenir le vide en amont tout en laissant passer les particules. Celles-ci interagissent avec l'objet selon les processus décrits ou évoqués ci-dessus et sont détectées, ainsi que les éventuels rayonnements émis, par deux capteurs. L'un d'eux, de grandes dimensions, permet la détection des éléments à l'état de traces. L'autre, plus petit, est intégré dans un dispositif alimenté régulièrement en hélium. On peut de la sorte remplacer l'air par l'hélium, ce qui augmente la sensibilité du capteur et permet d'éliminer le bruit de fond créé par l'argon de l'atmosphère. On appelle l'ensemble de cette ligne "faisceau extrait à l'air" ; elle constitue l'une des nombreuses innovations proposées puis réalisées dans le but d'adapter au mieux AGLAÉ à l'analyse des œuvres d'art.

Un appareil qui a largement fait ses preuves

La performance d'AGLAÉ a été montrée à de très nombreuses reprises depuis le début de son fonctionnement, en 1989. Cet accélérateur unique en son genre a été utile tout d'abord en archéologie et histoire de l'art. C'est grâce à lui qu'on a pu démontrer scientifiquement qu'une tête égyptienne en verre bleu était en fait un faux et qu'on a pu prouver l'origine birmane des yeux en rubis d'une statuette de la déesse mésopotamienne Ishtar, ce qui indique des échanges très anciens entre le Proche et l'Extrême Orient. L'utilisation de l'appareil est aussi utile pour la science de la conservation : il permet de caractériser l'altération des métaux et de comprendre certains mécanismes de corrosion. Grâce à ces données, on pourra définir des normes de conservation et d'exposition adaptées au mieux à chaque objet.

AGLAÉ est aujourd'hui utilisé près de 10 000 fois par an par des chercheurs venant de toute l'Europe. Il reste la seule installation au monde de ce type, située directement au coeur d'un musée. De plus, il ne cesse d'évoluer pour s'adapter aux oeuvres à analyser : actuellement en rénovation, on construit à côté de lui un nouvel appareil qui utilisera d'autres technologies pour compléter aux mieux celles déjà proposées.

En savoir plus

AGLAÉ : son histoire et son fonctionnement

La découverte d'un faux grâce à AGLAÉ

 

Aurore Sallard
Twitter Facebook Google Plus Linkedin email
Entrées associées