S'inscrire identifiants oubliés ?

L'horloge nucléaire

Ce qui caractérise la performance d’une horloge, c'est la faiblesse de sa dérive au cours du temps : de combien diffère chaque jour l'heure qu'elle indique par rapport à sa référence ; autrement dit au bout de quelle durée se décale-t-elle d’une seconde ?

Le génome de la rose décrypté

By LaitcheLink to My Website. - Own work, Public Domain, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=4023663

Notre amie la rose

De toutes les plantes ornementales, les roses sont parmi les plus cultivées au monde, que ce soit pour l'agrément que les rosiers confèrent aux ...

La biolixiviation

Les impacts environnementaux et sociaux des industries minières et le besoin accru de certains métaux comme les terres rares pour les appareils électroniques modernes rendent urgente l'élaboration de solutions nouvelles pour traiter les minerais ...

Rouge-gorge et physique quantique

L'origine de l'exceptionnel sens de l'orientation de certain animaux, notamment les oiseaux migrateurs, fait de longue date l'objet de recherches scientifiques. La sensibilité au champ magnétique dont ils seraient dotés semble jouer un rôle crucial. Une piste d'explication trouvée récemment de ...

Bluetooth a vingt ans

Un protocole pour supprimer les câbles

À la fin des années 1990, avec l'irruption de la téléphonie mobile dans la vie quotidienne, les constructeurs cherchent une solution pour supprimer des câbles de raccordement entre le téléphone portable et les oreillettes. ...

La photosynthèse artificielle

CC by U.S. Department of Energy / United Joint Center for Artificial Photosynthesis

Une quête bioinspirée

La photosynthèse est le mécanisme grâce auquel les plantes produisent des matières organiques telles les glucides, en utilisant l'énergie ...

Asthme : pistes thérapeutiques

CC BY-SA 4.0 BruceBlaus

Une maladie incurable

En France, l'asthme touche plus de quatre millions de personnes et cause environ 1000 décès chaque année. Généralement de nature allergique (70% des formes d'asthme), l'asthme provoque des difficultés ...

Des métamatériaux aux propriétés étonnantes

(C) Tobias Frenzel

Les métamatériaux constituent un champ de recherche actif, en particulier dans les domaines de l'électromagnétisme et de la mécanique. L'objectif est de conférer à des matériaux des propriétés particulières, en particulier en ce qui concerne leur interaction avec des ondes électromagnétiques ou mécaniques (absorption, réflexion, etc.). La méthode utilisée consiste à concevoir et réaliser des matériaux ayant des structures qui leur confèrent ces propriétés, notamment l'invisibilité ! Ces structures sont généralement constitués par la répétition périodique de motifs de dimension inférieure à la longueur d’onde caractéristique du phénomène à contrôler (de la dizaine de nanomètres à plusieurs mètres selon le domaine considéré).

Un enseignant-chercheur de l'Université Bourgogne Franche-Comté au sein du l’institut FEMTO-ST, Muamer Kadic en collaboration avec des partenaires du Karlsruhe Institute of Technology (KIT) ont ainsi obtenu un métamatériau doté d'une propriété mécanique étonnante. Cet assemblage synthétique réagit à une pression qui lui est imposée par un mouvement de torsion. Une réponse impossible dans un matériau continu naturel. La recette appliquée par Muamer Kadic et ses collègues : des motifs chiraux, c'est-à-dire non superposables à leur image dans un miroir, comme l'est la main (chiros, en grec), et une fabrication par impression laser 3D de précision micrométrique.

S’ajoutent à cette nouvelle propriété mécanique d’autres fonctionnalités propres à ce métamatériau telles que l’allégement structurel et l’accroissement de rigidité. Protéger des objets d’ondes mécaniques indésirables pourrait en être une application potentielle. 
Publié le 16 mars 2018

Source 
http://www.femto-st.fr/fr/L-institut/Actualite/?eid=395&y=2018

» lire tous les articles 1 2 3 4 5 6 7 8
sciences en ligne
exploratheque
du premier stage au premier emploi


L’épidémie de SIDA : vers une résurgence ?
La 21e conférence internationale sur le SIDA s’est ouverte ce lundi à Durban, en Afrique du Sud. Si l’épidémie régresse, l’Onusida met en garde contre une possible résurgence du SIDA. Elle signifierait l’abandon de l’objectif de son éradication pour 2030.

La 21e conférence internationale sur le sida s’est ouverte lundi 18 juillet à Durban, en Afrique du Sud. Michel Sidibé, le directeur de l’Onusida a mis en garde contre une baisse inédite de financement de la recherche par les pays donateurs. L'objectif, fixé par l'ONU, de stopper l’épidémie de SIDA d’ici 2030 est mis à mal. "Le risque est d'avoir une résurgence de l'épidémie", a même averti Michel Sidibé, inquiet, à l'ouverture de la conférence. Le choix de la ville de Durban pour cette conférence organisée tous les deux ans est doublement symbolique. L’Afrique du Sud est le pays le plus touché par l’épidémie avec 7 millions de malades, et un taux de prévalence de 19,2 % dans la tranche d’âge de 15-49 ans. Pourtant, en 2000, un congrès, dans cette même ville, avait marqué un tournant historique dans la riposte mondiale contre l'épidémie. L’ancien président sud-africain, Nelson Mandela, y lancait un vibrant appel en faveur de l'accès aux traitements antirétroviraux pour tous les malades.

La courbe de progression a pourtant diminué

Depuis, la courbe de progression de l’épidémie s’est largement ralentie voire même inversée dans certaines régions du globe. Dans le monde : depuis 1997, les nouvelles infections au VIH ont diminué de 40%. Malgré cette baisse encourageante, l’Onusida a recensé encore 1,9 millions de nouvelles contaminations chaque année pour la période 2010-2015. En France, le chiffre stagne, depuis 10 ans, avec 6 000 nouveaux cas dépistés chaque année. Pourtant, si le pari de l’éradication de l’épidémie d’ici 2030 veut être tenu, l’Onusida a fixé pour l’horizon 2020, la cible 90-90-90. Celle-ci signifie que d’ici là, 90% des personnes vivant avec le VIH connaissent leur statut sérologique, que 90% de toutes les personnes infectées par le VIH dépistées reçoivent un traitement anti-rétroviral durable et que 90% des personnes qui reçoivent ce traitement n'aient plus de charge virale détectable. A quatre ans de cet objectif intermédiaire, nous sommes loin du compte puisque les estimations font état d’un résultat de : 57%-46%-38%.

Pour en savoir plus :

Basile Perrin-Reymond
Twitter Facebook Google Plus Linkedin email